TRIONAC

Un petit village situé tout au Nord de l'Aveyron, à une lieue de Mur de Barrez, si petit qu'il ne figure même pas sur la carte Michelin. Quel intérêt peut donc avoir un si petit village pour justifier une page sur le Net.

Aucun homme célèbre n'y est né, pas même moi, mais mon père y est né, et avant lui sa mère, Marie-Julie Delon, et ses aïeux . Mon grand père, Antoine AMILHAU, venait d'un autre village, il est arrivé dans la famille Delon en épousant ma grand tante qui lui a donné deux enfants mais les suites de couches du dernier lui furent funestes et c'est ainsi que mon grand-père épousa ma grand mère qui lui procura cinq nouveaux enfants, mon père étant le dernier.

Le lieu ne présente pas de qualités esthétiques hors du commun: un petit morceau de plateau au fond de l'Auvergne entre une montagne ordinaire et une rivière banale avec des chemins de terre qui mènent à des prés, des champs ou des bois; des vaches et leurs veaux, des chevaux mais ni chèvre ni mouton.

Aucun fait divers à inscrire dans les gazettes, rien que des gens simples menant leur vie simple d'éleveur, d'agriculteur ou d'ouvrier voire de fonctionnaire ou de commerçant à la ville proche.

C'est donc un paradis écologique, même pas : il y a des tracteurs qui tractent, des tronçonneuses qui tronçonnent, des compresseurs qui compressent, des chiens qui aboient, les cloches des vaches qui tintent, des coqs qui chantent. Et parfois c'est pire, on n'entend rien: le silence, ou alors seulement le bruit de ses pas sur les feuilles humides.

On respire de l'air pur, oui mais chargé de pollens lors des fenaisons, l'épandages de lisier parfume le printemps et la terre labourée l'automne.

Quels arguments pour justifier cette page? - Aucun .


Je ne vais pas l'écrire cette page, je veux rester seul à goûter ces petits plaisirs tombés en désuétude: la famille d'avant la famille, les sons qui font le silence et non le bruit, les senteurs de l'air qui lui donnent sa pureté, les couleurs et les courbes qui dessinent le paysage, les animaux et les hommes qui le font vivre et puis ce rien qui fait tout pour se sentir bien quelque part.

Je vois déjà ma messagerie envahie de messages injurieux à mon égard: "Egoïste, profiteur, hédoniste, pédiatre ..."
Alors, je céde, je vais quand même vous donner quelques précisions pour le cas où, lassés du Club Méd, de Fram voyages, vous voudriez tenter l'aventure de la France profonde mais, dépèchez vous, car dans quelques années ce sera un vrai désert, de nombreux village comme Trionac sont déjà morts.

Situation géodésique:
N44°52'08"E02°38'02" Altitude: 650 mètres.

Itinéraire d'accés:
- En venant du Sud et en évitant Aguessac.
- En venant du Nord.

Géologie:
Terrain calcaire d'où emergent des tables basaltiques, c'est la limite sud des volcans d'Auvergne. Il existe aussi des nappes argileuses sous la couche calcaire.

Histoire:
Activité certaine au néolithique car dans le calcaire se trouve un silex de bonne qualité propice aux activités industrielles de cette période. Plus tard à l'époque gallo-romaine l'argile était exploitée pour la fabrication de poterie et de tuiles (tegula); un four a été mis à jour avec quelques invendus.

Tourisme:

Nombreux parcours pédestres ou motorisés dans un réseau de chemins exceptionnel.
Hébergement en gite rural ou camping calme avec piscine et lac artificiel :
( Roger et Jeannette AMILHAU Tèl 05 65 66 06 91 ). Pour visiter  cliquer sur:  TOURISME à LA FERME
Nombreuses rivières poissonneuses (truites).

Environs:
La "grande ville" la plus proche est MUR DE BARREZ et pour faire vos dévotions la paroisse est à  PEYRAT : pour visiter suivez le lien.
Pistes de ski du Lioran au pied du Plomb du Cantal ( 40 mn en automobile) et ski de fond à Pailherols (30 mn).
Chateaux à visiter: Celui de Messilhac ( 20 mn à pieds), Site de la forteresse de Carlat ( 20 mn en auto).

--- Le château de MESSILHAC ---

Le château de MESSILHAC, féodal et militaire du XIIème siècle, est resté en bon état de conservation car il a toujours été habité et est resté dans la même famille directe ou par alliance: DE BENAVENT, DE MONTAMAT, DE RASTIGNAC, DE GREILS.
Au début du XVI ème siècle, Jean de Montamat transforma le sévère château féodal en une agréable résidence en ajoutant à la facade une grande porte, de belles sculptures, des fenêtres à meneaux et des cheminées à manteaux. C'est son buste qui figure dans le motif en forme de coquille au-dessus de l'entrée. Dans le vestibule on peut lire sa devise d'acceuil:

"Qui vient céans et rien n'apporte
Soit diligent de passer la porte
Car notre estat ne peut porter
Ceans venir sans rien porter."

On peut découvrir aussi de très belles églises romanes ; à Trionac: une petite chapelle nommée "la Capelotte", malheureusement sa Vierge au style naïf a été volée dans les années 1970. Si vous la rencontrez vous aurez gagné votre place au paradis et ma gratitude en me le faisant savoir. merci.

--- Notre Dame de la Capelotte ---

J'ai gardé le meilleur pour la faim: la gastronomie est bien représentée dans la région et vous pourrez déguster aligot, truffade ou punti arrosé des vins d'Entraygues ou de Marcillac sans oublier le fromage (Cantal ou bleu d'Auvergne) et le dessert (tarte En Calat ou aux pruneaux ).


Merci de cette visite.
Une vue aerienne pour vous en remercier


RETOUR